L’AECG : un ajout important aux accords de libre‑échange du Canada

Les accords de libre-échange (ALE) représentent une part énorme et croissante des exportations canadiennes. En 2015, 80 p. 100 des exportations de marchandises canadiennes étaient destinées à des pays avec lesquels le Canada a un ALE actuellement en vigueur.

L’ajout des 28 pays européens compris dans l’Accord économique et commercial global (AECG) Canada-Union européenne aura pour effet de faire passer à 87,2 p. 100 le taux des exportations de marchandises canadiennes visées par le libre-échange (sur la base des exportations de 2015). La mise en œuvre du Partenariat transpacifique (PTP) hausserait davantage ce taux pour le faire passer à 90,1 p. 100.

Exportations de marchandises canadiennes, 2015

Exportations de marchandises canadiennes, 2015

* Partenaires existants des ALE non compris
Données : Statistique Canada
Source : Bureau de l’économiste en chef, Affaires mondiales Canada

Le Canada a également des négociations en cours avec diverses autres économies (p. ex. l’Inde), ce qui pourrait ajouter 2,1 p. 100 au taux des exportations réalisées dans le cadre d’ALE du Canada. À la lumière de l’annonce récente d’entretiens exploratoires sur le libre-échange Chine-Canada, un autre 3,9 p. 100 des exportations canadiennes pourraient se faire sous le régime du libre-échange. Si toutes ces discussions devaient être menées à terme, 96,1 p. 100 des exportations de marchandises canadiennes actuelles se feraient dans le cadre d’ALE.

Il est toutefois important de noter que ces ALE présentent des différences sur le plan des secteurs (chapitres à l’intérieur des accords), des engagements en matière de réduction ou de suppression des droits de douane et des mesures relatives aux obstacles non tarifaires. Par exemple, certains des ALE récents du Canada comprennent des dispositions qui vont au-delà des obstacles commerciaux « traditionnels » pour englober le commerce et la main-d’œuvre, le commerce et l'environnement, la propriété intellectuelle et l’investissement. Cela signifie donc que, lorsque pertinent, des ALE existants du Canada pourront être modernisés afin d’offrir aux entreprises canadiennes un meilleur accès aux marches et un appui au commerce progressiste.

Tout compte fait

La majorité des exportations canadiennes se font dans le cadre d’ALE, en vertu desquels une gamme de produits et services canadiens bénéficient d’une réduction ou d’une suppression des droits de douane et des obstacles non tarifaires tels que les quotas ou les barrières techniques. Dans ce contexte, l’AECG offre la possibilité de diversifier encore davantage les exportations du Canada en facilitant l’accès au deuxième marché mondial.

Apprenez-en davantage sur le Bureau de l’économiste en chef d’Affaires mondiales Canada.

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport