Matière grise : secteur canadien d’exportation en croissance

Le présent article fait partie d’une série spéciale de CanadExport qui explore les liens entre le milieu des affaires et celui de l’exportation et le secteur de la science, de la technologie et de l’innovation.

L’appétit mondial pour l’intelligence et l’innovation canadiennes est en hausse.

Selon le Bureau de l’économiste en chef, cette tendance se confirme par l’excédent commercial croissant du Canada dans les services en recherche et développement (R et D). Les données publiées récemment par Statistique Canada montrent que, de 1990 à 2015, les exportations canadiennes de services de R et D ont augmenté au taux annuel moyen de 8,6 p. 100.

Transactions internationales de services de recherche et développement du Canada

Exportations, balance commercial et importations en R et D en 2015

Données : tableau CANSIM 376-0033 de Statistique Canada
Source : Bureau de l’économiste en chef, Affaires mondiales Canada

Selon Statistique Canada, la recherche et le développement comprennent les transactions ayant trait à l'investigation systématique par l'expérimentation ou l'analyse afin de réaliser un progrès scientifique ou commercial en vue de ou au moyen de la création de produits ou de procédés nouveaux ou substantiellement améliorés. La recherche et le développement s’appliquent aussi aux sciences sociales et humaines, mais excluent les études de marché et les études techniques. En d'autres termes, les services sont enracinés dans la pensée scientifique ou académique, ou « matière grise ».

Bien que cette croissance soit légèrement supérieure à la croissance annuelle moyenne de 8,4 p. 100 du total des services commerciaux du Canada (n’apparaît pas sur le tableau), elle a largement dépassé la croissance annuelle moyenne de 3,9 p. 100 des importations canadiennes de services de R et D pendant cette période. Par conséquent, le Canada a un excédent commercial croissant dans cette catégorie de services commerciaux spécialisés à valeur élevée, qui a atteint 4,2 milliards de dollars en 2015.

Le Canada a également diversifié ses marchés pour les exportations de services de R et D. Selon les dernières données disponibles pour les marchés individuels, la part des exportations totales des services de R et D canadiens à destination des États-Unis est passée de 82 p. 100 en 1990 à 73 p. 100 en 2000, puis à 57 p. 100 en 2014. Au cours de la même période, la part des exportations totales des services de R et D canadiens de l’Union européenne est passée de 10 p. 100 en 1990 à 15 p. 100 en 2000, puis à 27 p. 100 en 2014. Les exportations de services de R et D canadiens vers d’autres marchés ont augmenté de façon constante passant de 8 p. 100 en 1990 à 12 p. 100 en 2000, puis à 16 p. 100 en 2014.

En 2014, 86 p. 100 des exportations de services de R et D canadiens provenaient du secteur des services, tandis que 14 p. 100 provenaient de l’industrie manufacturière et d’autres industries de production de biens. Dans les secteurs des services et de la fabrication, plus d’un tiers de ces exportations de services de R et D provenaient d’entreprises du domaine de la technologie de l’information et des communications (TIC).

Tout compte fait

La croissance de l’excédent commercial dans les services de R et D, et l’augmentation de la diversification géographique dans les exportations témoignent du fait que les cerveaux canadiens sont recherchés.

Présenté par le Bureau de l'économiste en chef

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport