Shut Ur Pie Hole se taille une pointe sur le marché américain

Par Robyn Finlay

Avec son nom inoubliable et sa recette gagnante, il n’est pas étonnant que tout le monde veuille sa part de Shut Ur Pie Hole.

La recette de tarte de Heather Daymond lui a été transmise par sa mère et sa grand-mère. Aujourd’hui, l’entrepreneure de Winnipeg a transformé cette recette en une idée commerciale unique : des tartes en pot, qui ont attiré l’attention des friands de desserts, des fines bouches et de nombreux autres gourmets. En 2016, Mme Daymond a été approchée par les Emmy Awards et le Food Network, qui voulaient goûter ses créations.


(Photo : Ian Mclausland)

« Lorsque j’étais à l’école, j’allais dans des restaurants et je ne pouvais jamais obtenir une succulente pointe de tarte. Tu crois pouvoir déguster un très bon dessert et après y avoir goûté, tu te dis, je peux faire une meilleure tarte », raconte Mme Daymond. Plus tard, elle s’est rendu compte qu’avec la recette familiale, elle pouvait créer une entreprise qui vendrait des tartes individuelles dans des pots Mason. Mme Daymond provient d’une grande famille d’agriculteurs qui, selon elle, lui a donné son « esprit entrepreneurial et sa determination. »

En 2014, à l’occasion de la Journée mondiale du Pi, le 14 mars, Mme Daymond a officiellement transformé son passe-temps en activité commerciale et a démarré son entreprise. Shut Ur Pie Hole vend maintenant ses tartes à la grandeur du Canada et en exporte aux États-Unis.

L’approche commerciale de Mme Daymond continue d’engendrer de nouvelles idées. Cette année, Mme Daymond entend promouvoir son entreprise à l’occasion des célébrations du 150e anniversaire du Canada en vendant des tartelettes au beurre et aux raisins trempées dans du whisky à l’érable, un vrai délice canadien, dit-elle.

Mme Daymond est particulièrement emballée par son nouveau projet de création d’une cuisine « adaptée » pour aider les employés atteints de divers handicaps. L’idée lui en est venue lorsque sa mère, atteinte d’un handicap, lui a mentionné qu’il peut être plus difficile de travailler lorsqu’on est handicapé. La cuisine accessible en fauteuil roulant comprendra des systèmes hydrauliques permettant aux gens de travailler sur des surfaces de hauteur variable, tout en offrant des services adaptés et des heures flexibles.

Heather Daymond
Heather Daymond, propriétaire de Shut Ur Pie Hole
(Photo : Ian Mclausland)

« Lorsque je me suis rendu compte que je pourrais concevoir une cuisine pour les personnes handicapées, je savais que ce concept prendrait vite de l’ampleur. Nous pouvons créer la première cuisine de ce genre à Winnipeg, puis de nombreuses autres par la suite », indique Mme Daymond.

Lorsqu’elle a mis Pie Hole sur pied en 2016, Mme Daymond a communiqué avec le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC) pour obtenir des conseils sur la façon d’accéder au marché américain. Ryan Kuffner, délégué commercial en poste à Winnipeg, a alors fourni diverses coordonnées et ressources à Mme Daymond, qui à ce moment-là cuisinait encore dans le sous-sol d’une église. Pie Hole a pris de l’ampleur plus tard cette année-là lorsque sa fondatrice a été approchée par les Emmy Awards et le Food Network, qui avaient découvert son entreprise par l’entremise des médias sociaux.

« Ces occasions se sont présentées à moi et je ne pouvais tout simplement pas refuser, souligne Mme Daymond. Je savais que les tartelettes au beurre étaient canadiennes et qu’il existait une demande pour ce produit aux États-Unis. »

M. Kuffner a facilité l’établissement de contacts avec des délégués commerciaux américains, qui ont fourni de l’information à Mme Daymond sur les exigences en matière d’étiquetage et de commerce électronique aux États-Unis, afin qu’elle puisse préparer son entreprise à la publicité dont elle ferait bientôt l’objet. Depuis les Emmy Awards et son apparition à l’émission Sugar Showdown du Food Network, Mme Daymond affirme qu’il n’y a « pas eu une semaine sans couverture médiatique ». Elle ajoute avoir reçu des demandes pour ses tartes en pot et des mots d’encouragement provenant d’un bout à l’autre du pays.

« C’est une de ces entreprises qui décollent et connaissent rapidement une croissance phénoménale, précise M. Kuffner. Le nom de son produit est réellement unique, tout comme la présentation du produit lui-même et cela lui vaut une excellente publicité. Il est rare qu’une entreprise de cette taille ait les occasions de marketing et de promotion dont elle a profité. » M. Kuffner indique que la stratégie de marque de Pie Hole a été déterminante dans sa réussite, tout comme l’aide dont elle a su profiter d’organisations comme le SDC et son programme Femmes d’affaires en commerce international (FACI).

Alors qu’elle était à Los Angeles pour les Emmy Awards et son apparition à une émission du Food Network, Mme Daymond a pris connaissance d’une mission commerciale FACI dans le cadre d’une conférence de développement d’entreprise pour entrepreneures en Floride. Bien que Mme Daymond se sentait épuisée à la suite des Emmy Awards et qu’elle s’est demandé si la mission en vaudrait la peine, elle a constaté par la suite que sa participation à cette conférence a été déterminante.

Pendant cette mission, Mme Daymond a établi des contacts importants : « C’était une occasion de réseautage incroyable. Je dis à tous ceux que je croise qu’ils doivent assister à cette conférence ». Mme Daymond dit qu’elle a obtenu des renseignements clés sur l’accès au marché et aux capitaux en assistant à cet événement. « Ils (le programme FACI) souhaitent vraiment t’aider à réussir. Ils veulent te donner les compétences dont tu as besoin et réseauter avec toi. »

Pendant la mission commerciale, Mme Daymond a eu l’occasion de promouvoir son produit auprès de la société Walt Disney. Aucune entente n’a encore été signée avec Disney, Mme Daymond se concentre en tout premier lieu sur la production pour le marché canadien, qui ne cesse de croître.

Lynne Thomson, déléguée commerciale pour le programme FACI, souligne que le programme organise chaque année, au mois de septembre, une mission commerciale telle celle qui s’intitule « Go for the Greens », à l’occasion du congrès Business Development Conference for Women Entrepreneurs. Ce genre d’initiative permet à des entreprises comme Shut Ur Pie Hole d’accéder à des possibilités d’affaires exclusives au-delà des frontières canadiennes.

« Grâce à notre vaste réseau, qui englobe des organismes provinciaux de soutien aux femmes d’affaires ainsi que des délégués commerciaux dans le monde entier, nous sommes en mesure d’offrir de multiples possibilités de croissance aux entreprises appartenant à des femmes », ajoute Mme Thomson.

« La demande pour ce que je produisais au Canada était si élevée que je n’arrivais pas à produire assez vite », se rappelle Mme Daymond. Avec l’aide de M. Kuffner, elle a dressé un plan d’affaires et compte faire une nouvelle présentation à Disney à l’occasion de la conférence de cette année en Floride.

« Gérer la croissance est l’un des plus grands défis que doivent relever les petites et moyennes entreprises (PME), particulièrement celles pour lesquelles qui identifient rapidement des possibilités d’exportation », note M. Kuffner.

Outre ses projets pour 2017, Mme Daymond s’est fixé comme objectif de vendre ses produits dans trois marchés internationaux d’ici la fin de l’année. Elle communique avec le SDC de façon régulière afin de perfectionner sa stratégie commerciale internationale.

« En tant que délégués commerciaux, notre travail ne se limite pas à une seule contribution. Nous accompagnons nos clients tout au long du processus. Nous sommes, en quelque sorte, un prolongement de leur entreprise », conclut M. Kuffner, qui continue d’aider Mme Daymond à gérer la croissance rapide de son entreprise.

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport