Les entreprises de technologie en démarrage vont plus loin à Boston

Même les entreprises de technologie en démarrage qui offrent les produits et les services les plus attrayants peuvent tirer profit de conseils, de mentorat et de financement pour vendre leurs produits sur les marchés étrangers et y trouver le succès.

Les entreprises qui participent à l’accélérateur technologique canadien à Boston (ATC@Boston) peuvent obtenir cette aide auprès de personnes-ressources de haut niveau, dès leur arrivée sur place. L’ATC@Boston donne aux entreprises en démarrage des conseils pratiques et des points de vue importants, leur permet d’entrer en communication avec des contacts clés et les aide à accéder au financement et au soutien nécessaire à la commercialisation. Plus tard, il les aide à mener leurs activités sur une plus grande échelle et à faire sensation dans le monde.

Pour Boondoc Technologies Inc., le programme primé de l’ATC@Boston proposé par le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC) comprend ces services et davantage. L’entreprise d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, a conçu un produit phare appelé The Rounds (la tournée). Il s’agit d’un réseau social sécurisé, axé sur la collaboration et destiné aux professionnels de la santé.

« Ça semblait trop beau pour être vrai », a déclaré Blair Ryan, fondateur et chef de la direction de l’entreprise, en faisant remarquer que la relation qu’il a nouée avec Microsoft for Startups par l’intermédiaire du programme de partenariat interentreprises de l’ATC@Boston a donné à Boondoc sa plateforme technologique et des débouchés futurs au moyen de sa participation au marché des entreprises en démarrage de Microsoft.

Ryan a fondé Boondoc en 2012 après avoir fait de la recherche dans le cadre d’un programme de maîtrise en administration des affaires (MBA). Après avoir éprouvé lui-même des problèmes de santé, il s’est rendu compte qu’il était important de faciliter la collaboration entre les médecins, tout en respectant le secret professionnel. Il a entrepris de développer une technologie qui fournirait aux médecins un accès plus rapide à l’information, aux tendances et aux points de vue, ce qui leur permettrait d’économiser du temps et d’améliorer la qualité de vie.

Alors que le premier produit de l’entreprise, The Rounds, est actuellement sur le marché au Canada, Boondoc a comme objectif de prendre de l’expansion sur la scène internationale, de diversifier l’offre de produits pour englober les colloques médicaux et l’information pharmaceutique, en plus d’élargir le modèle à d’autres utilisateurs, notamment en créant un produit semblable pour les avocats.

La participation de l’entreprise à l’ATC@Boston pendant quatre mois en 2016 lui a donné de précieuses perspectives, surtout en raison du mentorat intensif et de la proximité de personnes et de sociétés influentes, affirme Michael Hunter, vice-président de l’ingénierie chez Boondoc.

« Lorsque vous regardez par la fenêtre, vous apercevez la majorité des grandes sociétés pharmaceutiques autour de vous », explique Hunter, en faisant remarquer que, compte tenu des occasions de mentorat et de réseautage fournies par le programme, profiter de ce programme est l’évidence même.

L’entreprise, qui compte 13 employés, prévoit élargir la technologie pour fournir du contenu aux utilisateurs, comme de l’information provenant de sociétés pharmaceutiques, tandis que les médecins pourraient assister à des « colloques virtuels » au moyen de son réseau, explique-t-il.

Hunter dit qu’un grand avantage de l’ATC@Boston est la relation qu’il a pu établir avec Microsoft, qui lui a permis de profiter de trois ans de service sur sa plateforme BizSpark gratuitement. « Il s’agit vraiment d’un immense coup de pouce pour une entreprise en démarrage. »

Joshua Drew, l’évangéliste technologique principal de l’équipe Microsoft for Startups, qui dirige les relations de la société avec les entreprises en démarrage à Boston et dans la région de la Nouvelle-Angleterre, affirme que la collaboration de Microsoft avec l’ATC au cours des deux dernières années a été « très avantageuse ». Ce sont les délégués commerciaux de Boston qui ont fait connaître l’ATC à Microsoft et, depuis, la société fournit des services infonuagiques gratuits aux entreprises de l’ATC pour une période allant jusqu’à trois ans.

Drew affirme que l’ATC fait un excellent travail lorsqu’il s’agit de faciliter l’inclusion d’entreprises qui ont des modèles de gestion arrivés à maturité  « et qui ont une perspective d’avenir claire, ce qui est de bon augure pour l’harmonisation avec Microsoft et ses programmes destinés aux entreprises en démarrage ».

La collaboration de Microsoft avec les entreprises de l’ATC varie selon les besoins de chaque entreprise en démarrage, explique-t-il. « Dans certains cas, la collaboration prend la forme de quelques appels téléphoniques et l’entreprise est en activité. Dans d’autres cas, la collaboration prend la forme d’études de cas techniques, de "hackathons", de création de liens avec des équipes internes de développement et davantage. Nous fournissons les services gratuits et, si les entreprises ont besoin d’un coup de pouce additionnel, nous cherchons un moyen d’y arriver. »

Microsoft a connu beaucoup de succès avec les entreprises technologiques canadiennes, dit-il. « Les entreprises qui participent à l’ATC ont une direction solide, des talents remarquables et des idées originales. »

Le parrainage de trois ans offert par Microsoft for Startups est avantageux parce que « de nos jours, chaque entreprise devrait avoir une infrastructure infonuagique », fait remarquer Drew. « L’époque des serveurs qui occupaient une pièce et un placard est révolue. La mise à l’échelle pour répondre à la demande des clients, en plus du maintien d’un effectif limité afin de maîtriser les coûts indirects, sont essentiels pour une entreprise en démarrage. »

Drew ajoute qu’en maintenant les coûts du nuage au minimum, les entreprises en démarrage peuvent se concentrer sur l’élaboration de produits et l’expansion de l’entreprise. Il souligne que The Rounds et d’autres entreprises qui proposent un service de plateforme peuvent profiter immédiatement des services de Microsoft, qui vont de la sauvegarde et du stockage des données à la mise à l’échelle en vue de desservir un nombre croissant d’utilisateurs.

Boondoc Technologies, qui fait partie du programme de l’ATC@Boston et du programme de Microsoft depuis octobre, a éprouvé des problèmes techniques lorsqu’elle est passée au nuage de Microsoft, mais a pu compter sur le parrainage et le soutien technique de cette société pour The Rounds.

« La prochaine étape de notre collaboration après qu’une entreprise en démarrage est en activité consiste à poser les questions suivantes : Que pouvons-nous apporter de plus? S’agit-il d’une aide de nature plus technique ou de contact avec des équipes à l’interne? », Drew explique. Microsoft fait également connaître des produits comme The Rounds au cours d’événements et au moyen de ses propriétés sur le Web.

« C’est un plaisir de travailler avec les entreprises qui participent à l’ATC, ajoute Drew. Elles font partie des entreprises qui connaissent le plus de succès avec notre programme infonuagique. Nous sommes impatients de poursuivre notre partenariat avec l’ATC. »

Susan Ahern, déléguée commerciale et coordonnatrice de l’ATC@Boston, a mis sur pied le programme de parrainage d’entreprises de l’ATC@Boston en 2016. Selon elle, celui-ci représente une valeur de dix millions de dollars pour les clients. Parmi les autres sociétés partenaires de l’ATC@Boston, mentionnons HubSpot, MathWorks, l’une des meilleures sociétés fermées spécialisées dans la technologie au monde, et SendGrid.

Un des avantages additionnels du programme est le Service de mentorat canadien de Canadian Entrepreneurs in New England (CENE). Dans le cadre du programme, plus de 90 cadres canadiens talentueux qui ont fait leur marque dans la région de la Nouvelle-Angleterre parrainent chaque client, en fournissant des points de vue sur le marché et des conseils stratégiques sur ce qu’ils ont appris pendant leur parcours. « Nous avons un programme de mentorat de classe mondiale et ce que nos mentors désirent le plus, c’est d’aider nos clients et d’aider le Canada à réussir », explique-t-elle.

Le programme de l’ATC@Boston fournit à des entreprises canadiennes triées sur le volet une résidence de quatre mois qui comprend des locaux au Cambridge Innovation Center (CIC) à Kendall Square à Cambridge, au Massachusetts. En plus de locaux et d’équipes de mentorat individualisées, les entreprises participantes sont invitées à rencontrer des chefs de file du secteur dans la région, des investisseurs en capital de risque et d’autres personnes-ressources clés. « Cette expérience vous valide, affirme Ahern. C’est un tout autre monde ici. »

Les entreprises participantes viennent de partout au Canada et représentent un éventail de secteurs d’activité, dont les technologies de l’information et des communications, les sciences de la vie, la fabrication avancée, la robotique, les technologies propres et les nouvelles technologies alimentaires.

La collaboration et les liens établis avec Microsoft « sont un gain immense pour nos clients », dit Ahern. « Soudainement, l’une des plus grandes sociétés mondiales vous donne son appui. » À l’inverse, Microsoft tire aussi des avantages du programme. « Nous lui apportons un flux ininterrompu de technologie canadienne », dit-elle, en faisant remarquer que la « technologie canadienne est vraiment bien cotée dans cet écosystème ».

Le Massachusetts Institute of Technology et un éventail d’entreprises et d’hôpitaux participent à l’ATC@Boston, dit Ahern, en faisant remarquer que le mile carré qui entoure le Cambridge Innovation Center où loge l’ATC compte 2 000 entreprises de technologie.

La participation des entreprises à l’ATC@Boston, qui a reçu le prix mondial du programme d’accélérateur de l’année en 2016 de l’International Business Innovation Association, est exigeante : « Vous devez désirer par-dessus tout être une entreprise mondiale, souligne Ahern. Nous pouvons vous aider à y arriver plus vite que vous ne pouvez l’imaginer. »

Hunter affirme que Boondoc a participé au « weekend déballé » (Unpacked Weekend) de l’ATC@Boston, qui réunit une panoplie d’experts, de conseillers et de gens influents. L’ATC a aussi organisé un cycle de « rendez-vous éclair » avec des chefs de file du secteur de la santé à Boston, sans compter l’offre d’aide, de conseils, de « pitch-coaching » (encadrement sur la présentation d’idées de projet) et de liens immensément utiles avec divers organismes de santé et hôpitaux, en plus de discussions sur l’expansion vers les États-Unis.

Les défis pour Boondoc sont entre autres de s’assurer que ses produits satisfont aux protocoles en matière de gouvernance et de sécurité, dit-il. Il recommande aux entreprises comme la sienne d’examiner toutes les possibilités d’améliorer et d’agrandir leur entreprise. « Je leur proposerais de viser haut, fait-il remarquer. Notre bassin d’utilisateurs a une taille restreinte et, à un certain moment, nous allons atteindre un plateau. »

Ryan affirme qu’il peut être également difficile pour une petite entreprise de gérer la croissance rapide et la transition. « Tout se met à aller très, très vite », dit-il, en faisant remarquer qu’une entreprise en démarrage comme la sienne a besoin de toutes les occasions qui se présentent, comme l’ATC@Boston. « Nous sommes très à l’aise avec notre approche maintenant », ajoute-t-il.

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport