Les partenaires mondiaux vont de l’avant avec le programme d’innovation

Lorsqu’il est question de pommes de terre, le Canada et l’Inde tirent profit d’une nouvelle technologie pour dépister rapidement et facilement les agents pathogènes dans les cultures et les semences, ce qui permet aux agriculteurs et aux producteurs de semences de diagnostiquer et de maîtriser rapidement les maladies infectieuses, et de réduire l’utilisation des pesticides.

En leur qualité d’importants producteurs de pommes de terre, le Canada et l’Inde ont tout à gagner d’une telle technologie, explique Alexander Stroganov, président de Lumex Instruments Canada. L’entreprise de Mission, en C.-B., a élaboré une technologie fondée sur une puce électronique qui permet de dépister en temps réel les agents pathogènes dans les cultures et les semences de pomme de terre.

La recherche industrielle nécessaire pour commercialiser un nouveau produit ou une nouvelle technologie est un parcours parfois difficile, surtout lorsque les partenaires se trouvent dans d’autres pays, mais il arrive que le facteur qui contribue à la réussite se trouve à l’autre bout du monde. Lumex obtient de l’aide en ce sens grâce au Programme canadien de l’innovation à l’international (PCII). L’entreprise figure au nombre de celles qui ont présenté une demande de financement au titre du PCII lors de la première ronde lancée en 2016.

Le programme, appuyé par le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC), favorise les collaborations internationales en recherche et développement industriels qui présentent un potentiel élevé de commercialisation. Dans le cadre du PCII, les entités canadiennes peuvent présenter une demande de soutien à la recherche effectuée avec des partenaires situés au Brésil, en Chine, en Inde, en Israël et en Corée du Sud, des pays avec lesquels le Canada a signé des accords bilatéraux en sciences et en technologie.

À l’heure actuelle, Lumex mène des projets de recherche conjoints avec des partenaires en Inde dans le cadre du PCII. Lumex collabore avec l’Institut central de recherche sur la pomme de terre à Shimla, en Inde, un organisme gouvernemental voué à la recherche et au développement dans le domaine de la pomme de terre, et avec Arsh Biotech Pvt Ltd., une entreprise privée en Inde.

Le financement du Programme canadien de l’innovation à l’international (PCII) convient-il à votre entreprise?

  • Vous pouvez proposer de mettre au point un nouveau produit, un nouveau procédé ou un nouveau service à des fins non militaires.
  • Vous décidez comment le projet se déroulera, en précisant sa valeur, sa durée et les résultats visés.
  • Vous choisissez un partenaire (ou plus) dans l’un des cinq pays partenaires du PCII : le Brésil, la Chine, l’Israël, la Corée du Sud.

Plus précisément, le PCII peut bénéficier aux entreprises canadiennes :

  • en donnant accès à du soutien et à du financement aux entreprises novatrices admissibles;
  • en donnant accès à des renseignements stratégiques sur la technologie et les marchés;
  • en proposant des partenaires sérieux par l’intermédiaire du réseau du Service des délégués commerciaux du Canada (SDC);
  • en donnant accès à de nouveaux marchés grâce à des partenariats technologiques;
  • en mettant à profit les investissements en vue d’atténuer les risques liés aux projets de recherche et de développement qui mènent à la commercialisation de la technologie canadienne; et,
  • en aidant à réduire les risques liés à la mise en marché et les coûts associés à l’adaptation, à l’élaboration conjointe ou à la validation de la technologie.

Le PCII pourrait convenir à votre entreprise :

  • si vous entrez dans la catégorie des petites et moyennes entreprises (PME) à but lucratif, constituées au Canada et exerçant des activités visant à mettre au point la technologie pour un nouveau produit, un nouveau procédé ou un nouveau service à des fins civiles;
  • si vous souhaitez acquérir des connaissances à l’étranger et tirer parti des talents à l’échelle mondiale pour combler des lacunes techniques, et si vous avez la capacité de le faire;
  • si vous devez collaborer à l’échelle mondiale pour adapter votre produit, votre procédé ou votre service afin de tenir compte des caractéristiques des marchés mondiaux;
  • si votre technologie ou votre produit offre des avantages dans un marché étranger; et,
  • si vous avez les moyens financiers de pénétrer de nouveaux marchés ou si vous pouvez attirer des investissements pour mettre au point votre technologie afin de répondre aux besoins des marchés mondiaux.

Maxim Slyadnev, chef du service de biochimie de l’entreprise, affirme que Lumex travaille à l’élaboration de la technologie brevetée depuis 2009. Il est très avantageux de valider la technologie de puce électronique en Inde, car ce pays produit 47 millions de tonnes de pommes de terre et 3,2 millions de tonnes de semences de pomme de terre annuellement (arrivant au deuxième rang dans le monde), en plus de posséder des instituts de recherche sur la pomme de terre et une bibliothèque constituée d’agents pathogènes.

Les avantages du projet sont multiples selon M. Slyadnev. Le projet aidera Lumex « à atteindre des objectifs de marché plus vastes grâce à une solution efficace et éprouvée » et à accroître la recherche sur des pathogènes propres au Canada et à l’Inde. M. Slyadnev prévoit que le projet générera des revenus considérables et de nombreux emplois, en plus de mener à la création de nouveaux produits et services. Le projet aidera également l’entreprise à élargir la technologie à d’autres domaines comme le diagnostic d’autres végétaux, le diagnostic vétérinaire et la santé humaine.

Les avantages à l’échelle mondiale comprennent l’amélioration de la rentabilité de la production et de la transformation de la pomme de terre, la production de pommes de terre plus saines ainsi que la réduction au minimum de l’utilisation des pesticides et de la destruction de pommes de terre et de semences pourries, affirme M. Slyadnev.

Lumex élabore et fabrique du matériel et des instruments d’analyse pour les laboratoires et l’industrie depuis 1991, et compte des clients dans plus de 80 pays dans des secteurs tels que les aliments et les boissons, l’analyse environnementale, l’agriculture et le milieu universitaire.

Parmi ses produits, mentionnons des analyseurs électroniques en temps réel pour l’amplification en chaîne de la polymérase, la méthode la plus rapide, la plus fiable et la plus reconnue pour diagnostiquer la présence d’agents pathogènes dans les végétaux. Sikander Gill, chef d’équipe du projet de collaboration entre le Canada et l’Inde, affirme que son objectif est de concevoir et de valider de nouveaux types de trousses de dépistage qui sont plus rapides, plus sensibles, plus précises, plus économiques et plus simples que les méthodes actuelles, et de mener une évaluation du marché.

M. Stroganov soutient que le projet pourrait « ouvrir la voie à l’application de cette technologie à d’autres cultures qui ont une valeur économique importante comme le raisin, la banane, la canne à sucre et autres. Le savoir-faire acquis dans le cadre de ce projet favorise l’utilisation de la technologie au sein d’autres pays et dans d’autres secteurs ».

Il encourage les entreprises qui manifestent de l’intérêt envers le PCII « à oser aborder des enjeux d’importance mondiale » et à garder à l’esprit les pays en développement et les nouveaux marchés liés à des besoins essentiels comme l’agriculture et la production alimentaire, la production d’énergie, la protection de l’environnement et les soins de santé.

« Je suis d’avis qu’il existe une vaste demande pour des solutions et des produits novateurs, efficients et abordables dans ces pays et de nombreuses possibilités pour les entreprises canadiennes novatrices », ajoute M. Stroganov. « Le Canada fournit un environnement propice à l’évolution des innovations. Le gouvernement et les institutions du Canada appuient les entrepreneurs canadiens qui souhaitent élargir leurs activités à l’échelle mondiale. »

Le PCII appuie la création, l’adaptation et la validation des technologies mises au point par des entreprises canadiennes et leurs partenaires internationaux. Il soutient des projets jusqu’à concurrence de 600 000 $ dans le but d’aider les petites et moyennes entreprises canadiennes (PME) à commercialiser leurs innovations sur la scène internationale.

Le deuxième appel de propositions du PCII a pris fin le 25 mai 2017, tandis que le deuxième groupe de projets bilatéraux de recherche et développement avec l’Inde, financés par le PCII, devrait commencer ses activités de recherche en novembre 2017. Un nouvel appel de propositions sera lancé en janvier 2018.

Pour en savoir plus, veuillez consulter la page du Programme canadien de l’innovation à l’international (PCII) du site Web du Service des délégués commerciaux du Canada.

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport