Bilan de 2013

En 2013, l’économie américaine a repris de la vigueur et le Canada a observé une hausse de l’influence des marchés émergents. Si la récession mondiale de 2008 semble aujourd’hui chose du passé, qu’en est-il réellement de la reprise au Canada? Le bureau de l’économiste en chef d’Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada fait le point sur la croissance observée au Canada en 2013.

Le commerce des marchandises du Canada en 2013 : la reprise se poursuit

De 2003 à 2013, les exportations du Canada ont augmenté de 3,7 % pour atteindre 472 milliards de $ en 2013, les importations ont augmenté de 3 % en 2013 pour se chiffrer à 476 milliards de $.

Grâce à une hausse des exportations supérieure à celle des importations, le solde du commerce des marchandises du Canada a été réduit de près de moitié en 2013 — il est passé de 7,2 milliards de dollars à 3,9 milliards. En 2013, le déficit commercial du Canada s’est chiffré à moins de 1 p. 100 des exportations canadiennes à l’échelle mondiale. La croissance des exportations a été appuyée par les exportations dans le secteur de l’énergie et également soutenue par une hausse importante des exportations de biens de consommation (une hausse de 8 p. 100 ou de 3,7 milliards de dollars). Par ailleurs, une part croissante des exportations était destinée à l’Asie. Ainsi, en 2013, les exportations du Canada à destination de Hong Kong ont doublé pour atteindre 4,9 milliards de dollars et les exportations vers la Chine ont augmenté de 5,9 p. 100 pour se chiffrer à 20,5 milliards de dollars.

Les exportations du Canada ont augmenté de 3,7 p. 100 pour atteindre 472 milliards de dollars en 2013. Les exportations destinées à notre plus important partenaire commercial, les États-Unis, ont augmenté de 5,5 p. 100 pour se chiffrer à 358 milliards de dollars. D’importants marchés émergents ont également contribué à la croissance observée, comme l’Inde (une hausse de 20,5 p. 100), l’Indonésie (une hausse de 12,8 p. 100) et la Thaïlande (une hausse de 5,8 p. 100). On observe par ailleurs que près de 87 p. 100 des exportations canadiennes visaient ses cinq principales destinations d’exportation.

Les ressources et les produits à base de ressources ont continué de compter pour la majorité (59,9 p. 100) des exportations du Canada. Les exportations dans les secteurs de la foresterie et de l’énergie ont affiché une hausse de 10,4 p. 100 pour atteindre 34 milliards de dollars et de 6,4 p. 100 pour atteindre 115 milliards de dollars, respectivement.

Il vaut également la peine de souligner que les exportations de biens de consommation ont augmenté de 8,6 p. 100, une croissance quatre fois plus importante que la moyenne annuelle observée depuis la crise. En 2013, le Canada a exporté des biens de consommation à hauteur de 50 milliards de dollars. Les exportations canadiennes de biens non à base de ressources ont augmenté de 2,5 p. 100. Les exportations n’ont pas encore retrouvé leur sommet d’avant la récession de 2008, mais grâce aux progrès réalisés en 2013, il ne manque que trois points de pourcentage pour combler l’écart.

Les importations ont augmenté moins rapidement que les exportations et elles ont connu une hausse de 3 p. 100 en 2013 pour se chiffrer à 476 milliards de dollars. Les sources d’importation du Canada demeurent plus diversifiées que les destinations d’exportation, mais la majeure partie de la croissance est attribuable aux sources d’importation traditionnelles — les importations en provenance des États-Unis et de la Chine ont augmenté de 6 p. 100 pour se chiffrer à 248 milliards de dollars et de 4 p. 100 pour se chiffrer à 53 milliards de dollars, respectivement. Environ 25 p. 100 des importations du Canada ne provenaient pas d’une de ses cinq principales sources d’importation. De plus, certains marchés émergents ont réellement réussi à percer. Par exemple, les importations en provenance du Vietnam ont augmenté de 32,3 p. 100 et celles en provenance de la Corée du Sud, de 15,2 p. 100.

La majorité des importations du Canada a continué de viser des produits autres que les ressources. La croissance a été particulièrement visible dans les importations d’aéronefs (une hausse de 17,6 p. 100 ou 15 milliards de dollars) et les biens de consommation (une hausse de 5,2 p. 100 ou 97 milliards de dollars). De manière générale, les importations continuent d’être plus importantes que les exportations, et le Canada a accusé un nouveau déficit commercial, très minime toutefois, en 2013.

Le résultat

La reprise se fait sentir. Grâce au renforcement de l’économie des États-Unis et à l’élan donné par les marchés émergents, le commerce du Canada a évolué très favorablement en 2013. Les exportations du Canada, qui ne sont qu’à trois points de pourcentage de leur sommet de tous les temps de 2008, sont sur le point de retrouver leur valeur d’avant la crise.

Pour obtenir plus d’information, prière de consulter le Bureau de l’économiste en chef, Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada.

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport