Expansion, effondrement et reprise : Tendances récentes des flux d'IDE au Canada

Au cours des dix dernières années, les flux de l’investissement direct étranger au Canada (IDE) ont suivi les mouvements de l’IDE dans le monde entier, confirmant ainsi une nette tendance à se modeler sur le cycle des affaires.

Flux d’IDE au Canada (en milliards de dollars)

Flux d’IDE au Canada de 2005 à 2013

Source: Bureau de l’économiste en chef, MAECD, à l’aide de données de Statistique Canada.

En 2007, qui a vu se profiler la crise financière durant la seconde moitié de l’année, les flux d’IDE au Canada avaient atteint une valeur historique de 125 milliards de dollars, en même temps que les flux d’IDE à l’échelle mondiale s’élevaient à un sommet inégalé, soit quelque 2 billions de dollars. Mais au cours des deux premières années de la crise financière mondiale, les flux d’IDE au Canada ont reculé de près de 100 milliards (79,3 %) pour s’établir à 25,9 milliards en 2009. Dans l’ensemble, depuis 2009, les flux d’IDE au Canada ont été lents à s’améliorer, sauf en 2013 où ils ont bondi de 48 % pour s’établir à près de 70 milliards de dollars tout en restant à près de 45 % en-deçà du sommet de 2007. Malgré tout, le Canada s’est classé au troisième rang au chapitre de l’IDE en 2013.

À tous les égards, l’année 2007 a été exceptionnelle pour l’IDE au Canada : sommets historiques et entrées de plus de 100 milliards de dollars, soit près du double de l’année précédente. Cette année-là, la vague des fusions et des acquisitions a atteint son point culminant et a vraisemblablement agi comme principal catalyseur de l’IDE, surtout dans les pays en développement. Les fusions et acquisitions transfrontalières ont été à l’origine de près de 70 % de l’IDE au Canada en 2007 seulement, soit presque deux fois plus qu’entre 2010 et 2013. En fait, 2007 a été marquée par certaines des plus importantes mainmises étrangères qu’a connues le Canada, et dont des géants miniers comme Alcan et Inco ont été les cibles.

Bien que les flux d’IDE n’aient pas encore dépassé le record établi en 2007, le Canada a enregistré de solides résultats en tant que destination d’IDE, dans une perspective internationale, durant la reprise en cours (2010-2013). Entre 2010 et 2013, les entrées d’IDE au Canada ont représenté en moyenne 3,0 % des flux mondiaux, soit un peu plus que la part du Canada dans le PIB mondial (2,5 %). De plus, les flux cumulatifs d’IDE au Canada durant cette période se sont chiffrés à plus de 175 milliards de dollars, plaçant le Canada au 10e rang des bénéficiaires de flux d’IDE à l’échelle mondiale. Simultanément, il s’est classé 5e parmi les 10 premiers bénéficiaires des flux d’IDE par habitant, devançant toutes les autres économies du G-7 avec quelque 5 000 $ en entrées d’IDE par habitant.

Tout compte fait

À l’instar de l’IDE entrant à l’échelle mondiale, la reprise de l’IDE au Canada dans les années qui ont suivi la récession a été relativement lente. Cependant, la tendance est clairement à la hausse depuis les quatre dernières années, et le Canada a affiché des résultats bien meilleurs que ceux d’autres économies du G-7.

Pour obtenir plus d’information, prière de consulter le Bureau de l’économiste en chef, Affaires mondiales Canada.

Abonnement au : cybermagazine et fil RSS

Twitter@SDC_TCS
Utilisez #CanadExport