Plan d’action initial (23 avril 2012 - Ébauche)

Présidente Roussef et premier ministre Harper

« Les deux dirigeants ont signalé l'importance stratégique du Comité conjoint récemment mis sur pied en vue de la coopération en matière de science, de technologie et d’innovation. Ils ont convenu de l'élaboration d'un plan d'action axé sur des travaux de recherche, de développement et de commercialisation dans le cadre de projets conjoints en biotechnologie et en sciences de la vie, en technologie des océans, en technologie de l'information et des communications, en rapport avec l’énergie propre, les technologies vertes et la nanotechnologie. »

Présidente Roussef et premier ministre Harper
Déclaration conjointe Brésil-Canada – le 8 août 2011

Table des matières

Résumé

L’Accord-cadre entre le Canada et le Brésil sur la coopération en science, technologie et innovation, ratifié en 2010, a marqué le début d’une ère nouvelle dans la collaboration canado-brésilienne, et servira de catalyseur pour promouvoir l’innovation et la prospérité dans des domaines d’intérêt commun aux deux pays et où ils disposent d’une même expertise. Le Comité conjoint Canada-Brésil de coopération en science, technologie et innovation a été chargé par les deux gouvernements de superviser la mise en œuvre de cet accord historique. À sa première réunion, en juin 2011, le Comité est rapidement parvenu à un consensus sur le fait que le Canada et le Brésil non seulement sont bien placés pour relever le défi du développement de produits et de technologies permettant de répondre à des besoins insatisfaits, mais qu’ils peuvent aussi, ensemble, créer de la valeur sociale et commerciale à partir de ces activités de collaboration, et ce, au bénéfice de leurs économies nationales et dans l’intérêt du monde entier.

Grâce à ses groupes de travail sectoriels, qui ont bénéficié de la participation active d’experts de premier plan des secteurs public et privé du Canada et du Brésil , le Comité a reconnu qu’il existait des débouchés particulièrement importants dans quatre domaines précis d’activités liés directement aux stratégies des deux pays en matière d’ innovation. Ces domaines sont les suivants :

  • les sciences de la vie, une attention particulière étant accordée à la mise au point d’outils de diagnostic, aux produits pharmaceutiques et biopharmaceutiques liés aux maladies neurodégénératives et infectieuses;
  • les sciences et les technologies des océans, notamment la technologie des capteurs de prochaine génération et les plateformes océaniques, les systèmes d’observation des océans et des côtes, et les technologies de gestion des données;
  • les technologies propres et l’énergie verte, l’accent étant mis tout particulièrement sur l’exploitation des ressources hydroélectriques et d’hydrogène, le réseau intelligent, l’exploitation minière écologique et l’introduction de la nanotechnologie pour la production d’énergie verte;
  • les technologies de l’information et des communications, un accent particulier étant mis sur l’informatique en nuage, les réseaux sans fil à large bande et les technologies des jeux.

Le Comité a également convenu que la nanotechnologie, ainsi que lespratiques et initiatives d’innovation, devraient être considérées comme des thèmes transversaux devant être intégrés, dans toute la mesure du possible, dans la mise en œuvre de projets de collaboration.

Le Comité a déterminé en outre que la recherche et développement (R-D) dans les domaines sélectionnés doit déboucher sur des programmes, des pratiques et des politiques qui bénéficient directement et spécifiquement aux économies et aux sociétés des deux pays. À cet égard, un programme détaillé d’activités précises sera mis en oeuvre conjointement avec des intervenants clés au cours des 12 à 24 prochains mois, faisant fond sur toute une panoplie de modalités interreliées :

  1. Le parrainage de projets de R-D en collaboration spécifiques associant l’industrie, les milieux universitaires et les gouvernements dans les domaines d’intérêt désignés ci-dessus, orientés vers le développement de produits et/ou de services qui peuvent être commercialisés avec succès par l’industrie. À titre d’exemple, on peut citer le lancement, ce printemps, d’un appel de propositions financé à l’échelon fédéral à hauteur de 4,5 millions de dollars et assorti de fonds de contrepartie de partenaires brésiliens;
  2. La coordination de programmes visant à stimuler la mobilité des étudiants et des chercheurs de l’industrie et de l’Université, par le biais de programmes existants, tels que les Bourses Canada-Brésil, et de nouvelles initiatives fondées sur les possibilités créées par le programme brésilien Science sans frontières;
  3. L’organisation de conférences, d’ateliers, d’activités d’établissement de partenariats et d’autres événements qui suscitent une forte participation tant du Canada que du Brésil, notamment la proposition de conférence Canada-Brésil 3.0 sur les médias numériques, RIO+20 et toute une gamme de réunions professionnelles sectorielles dans les deux pays;
  4. La mise en place de mécanismes de communication efficaces et de vaste portée visant à informer les intervenants potentiels, à faire connaître les avantages de la collaboration Canada‑Brésil dans les domaines de la science et de la technologie, et à rendre compte des succès obtenus au fil du temps dans le cadre de ces activités.

Le Comité renouvelle son engagement à poursuivre les objectifs énoncés dans l’Accord en mettant en application les stratégies définies ci‑dessus et en tirant constamment parti des nouvelles occasions qui s’offrent d’entreprendre des activités conjointes. Le Plan d’action se veut donc un document vivant, sujet à des améliorations continues et progressives. Le Comité évaluera chaque année les progrès accomplis dans le cadre du Plan d’action. Par le biais de ce plan, le Brésil et le Canada s’engagent résolument à explorer pleinement tout le potentiel créé par la mise en place d’un cadre de coopération où les représentants des gouvernements, du milieu universitaire et du secteur privé peuvent s’engager dans une collaboration soutenue et approfondie. La synergie ainsi créée constitue un atout inestimable que nous, les membres du Comité conjoint Canada‑Brésil de coopération en science, technologie et innovation, avons l’intention de cultiver au cours des années à venir.

Avant-Propos

Une approche commune, équilibrée, d’échange de personnes et d’idées entraînera une circulation de talents et une activité commerciale sans précédent entre nos deux pays, appuyées de plus en plus par toute une gamme de nouveaux programmes déjà à l’œuvre. À mesure que les gens commencent à franchir nos frontières dans le contexte d’une « mission » conjointe, un tel mouvement ne pourra qu’engendrer une plus grande familiarité, un but commun et un engagement à l’égard de l’excellence… dans le cadre des échanges Canada-Brésil, formant ainsi le socle sur lequel nous pourrons bâtir. À ce stade, et à ce stade seulement, nous pourrons véritablement dire que nous avons bâti une relation bilatérale solide et productive – une relation qui ouvrira certainement la voie à une coopération élargie dans un certain nombre d’autres domaines, de la sécurité mondiale à la durabilité environnementale en passant par la santé. Dans 50 ou 100 ans, les historiens, jetant un regard rétrospectif sur le chemin parcouru, pourront constater que cette période aura été l’une des plus remarquables et des plus productives de l’histoire des relations canado-brésiliennes en termes de création de valeur nationale et mondiale [Traduction].[1]

Le Canada et le Brésil coopèrent depuis des années dans des domaines d’intérêt stratégique tels que la promotion de la sécurité, la prospérité et la gouvernance démocratique. Ils ont signé un certain nombre d’accords, de traités et de protocoles d’entente sur des sujets variés, allant de l’éducation au travail en passant par la santé et l’exploitation minière durable. On pourrait ajouter que le Canada et le Brésil sont depuis longtemps de solides partenaires dans la promotion d’actions conjointes en science et en technologie selon une approche ascendante, où le dialogue entre experts brésiliens et canadiens a toujours été une marque distinctive de la relation.

Néanmoins, les deux gouvernements ont depuis longtemps manifesté le désir de tirer parti des activités existantes pour raffermir les relations bilatérales, resserrer les liens commerciaux et promouvoir le bien-être économique au profit des deux pays. À cet égard, la science et la technologie ont été volontiers reconnues comme constituant une base appropriée pour ce type d’engagement accru. Le Canada et le Brésil ont effectué des investissements importants et possèdent des atouts considérables dans des secteurs clés – liés tout particulièrement à l’extraction des ressources et à la fabrication de pointe –, et la collaboration s’est révélée à maintes reprises comme étant l’élément crucial de l’innovation qui stimule la prospérité économique.

Les gouvernements du Canada et du Brésil, conscients que l’économie mondiale sera de plus en plus tributaire des connaissances et de l’innovation, ont établi un cadre officiel de coopération entre l’industrie, les milieux universitaires et les gouvernements avec la signature de l’Accord-cadre entre le Canada et le Brésil sur la coopération en science, technologie et innovation en 2008. L’Accord, ratifié en 2010, marque le début d’une nouvelle ère dans la coopération canado-brésilienne et peut servir de catalyseur pour promouvoir l’innovation dans des domaines d’intérêt commun.

L’Accord prévoit la création d’un comité conjoint chargé d’en assurer la mise en œuvre. À sa première réunion en juin 2011, le Comité est parvenu à un consensus sur la nécessité d’établir un plan ciblé pour définir des orientations, profiter de la nouvelle dynamique et rehausser le niveau de la relation. Des groupes de travail ont été formés par la suite pour examiner de manière approfondie et préciser les domaines de coopération et élaborer des plans stratégiques qui formeraient la base d’un vaste plan d’action en matière de science et de technologie, axé sur l’innovation.

Au terme de plusieurs mois de consultations et de travaux, s’appuyant sur les solides fondations déjà existantes sur le plan bilatéral entre les deux pays, ce plan d’action conjoint initial Canada-Brésil met de l’avant un certain nombre d’initiatives et d’actions clés devant être mises en œuvre dans des secteurs stratégiques prioritaires au cours des deux prochaines années; il comporte en outre des recommandations ciblées visant à en assurer le succès initial. Le Plan d’action se veut un moyen de mobilisation des intervenants canadiens et brésiliens pour qu’ils passent aux actes, contribuant ainsi au renforcement de la collaboration bilatérale en matière de recherche et d’innovation.

Les intervenants sont invités à faire part de leurs commentaires et à participer à la mise en œuvre du Plan d’action. Le Comité conjoint procédera chaque année à l’examen des progrès accomplis dans le cadre de ce plan.

Le plan d'action

Domaines d’intérêt proposés pour la collaboration Canada-Brésil

Le Canada et le Brésil non seulement sont bien placés pour relever le défi du développement de produits afin de combler un certain nombre de besoins insatisfaits, mais ils peuvent aussi, ensemble, créer de la valeur sociale et commerciale à partir de ces activités de collaboration au profit de leurs économies nationales. Les perspectives de mise en œuvre de tels projets conjoints sont particulièrement importantes dans quatre domaines identifiés par le Comité conjoint : Sciences de la vie; Sciences et technologies des océans; Technologies propres et énergie verte; Technologies de l’information et des communications. Pour de plus amples détails, veuillez consulter les plans de travail sectoriels figurant à l’Annexe 1.

Les partenaires ont également convenu que la recherche et développement (R-D) dans ces domaines doit déboucher, dans toute la mesure du possible, sur des programmes, des pratiques et des politiques en matière d’innovation au profit de l’économie et de la société des deux pays. Dans cet esprit, le Brésil et le Canada ont décidé que la mise en œuvre du Plan d’action, de concert avec les Groupes de travail correspondant, devra compter sur la participation et le soutien de représentants des milieux universitaires, de l’industrie et des secteurs de services ainsi que des gouvernements.

Sciences de la vie

Le Canada et le Brésil possèdent des industries des sciences de la vie dynamiques et en pleine expansion; les deux pays accueillent des succursales de joueurs de premier plan sur la scène mondiale dans les technologies pharmaceutiques et médicales et sont en outre d’importants marchés de second rang pour les produits pharmaceutiques et les dispositifs médicaux. De plus, des petites et moyennes entreprises canadiennes et brésiliennes spécialisées dans le domaine des sciences de la vie occupent de plus en plus une position en vue en tant que moteurs de découvertes et d’innovation dans les deux pays. Les maladies neurodégénératives et infectieuses, compte tenu de leur prévalence croissante et de leurs coûts économiques potentiels, sont deux cibles principales de la collaboration future entre le Canada et le Brésil. Les capacités hautement complémentaires en matière de R-D qui existent dans ces domaines laissent entrevoir la possibilité d’un développement concerté de nouveaux diagnostics et de nouvelles thérapies, y compris des produits pharmaceutiques et biopharmaceutiques, à titre de priorité bilatérale. Afin d’optimiser les travaux conjoints dans ces domaines, les parties ont examiné la coopération dans les technologies transversales bénéficiant de la mise en œuvre du Plan d’action, telles que la bio-informatique et la nanobiotechnologie.

Sciences et technologies des océans

Le Brésil et le Canada sont de grandes nations maritimes : ils ont tous les deux une longue ligne côtière, une économie maritime dynamique, et exercent une activité industrielle considérable au large des côtes. Les deux pays doivent également assurer l’équilibre entre la gestion des ressources marines et l’activité industrielle maritime, et ce, dans le contexte d’un milieu marin en pleine évolution en raison du réchauffement climatique. Grâce aux réseaux d’universités de recherche sur les océans et aux centres de recherche maritime industriels et gouvernementaux existants, conjugués au regroupement dynamique d’entreprises spécialisées dans les technologies maritimes de pointe, le Brésil et le Canada disposent d’une base solide pour renforcer leur collaboration en R-D, en particulier dans deux domaines essentiels associés à la surveillance des vastes entreprises océaniques des deux pays : la technologie des capteurs de prochaine génération et les plateformes océaniques, les systèmes d’observation des océans et des côtes, y compris la gestion des données.

Énergie verte et technologies propres

Il existe de grandes possibilités pour la R-D conjointe et la commercialisation, car l’énergie et les mines représentent une part importante du PIB tant du Canada que du Brésil; de surcroît, les deux pays possèdent des entreprises de premier plan qui mènent des opérations importantes, couronnées de succès, bien au-delà de leur territoire national. Il existe également un intérêt commun et grandissant pour garantir la durabilité de l’expansion commerciale dans ces secteurs, ainsi qu’un désir de réduire l’incidence de l’exploitation des ressources sur l’environnement. Les activités industrielles conjointes existantes, conjuguées aux forces complémentaires des deux pays en R-D, laissent entrevoir un vaste éventail de domaines où il existe un potentiel de mise en œuvre de projets communs, notamment l’exploitation des ressources hydroélectriques et d’hydrogène, le réseau intelligent, l’exploitation minière écologique et l’introduction de la nanotechnologie pour la production d’énergie verte.

Technologies de l’information et des communications

Le Canada et le Brésil ont un intérêt particulier dans les technologies de l’information et des communications, étant donné l’immensité de leur territoire national et les défis uniques associés au maintien de réseaux de transmission de données à la fine pointe de la technologie. Les deux pays sont des leaders mondiaux en ce qui a trait au développement et à l’adoption de technologies informatiques et de réseaux sans fil avancés. L’un et l’autre ont un vif intérêt dans le renforcement des capacités existantes et complémentaires en matière de R-D dans des domaines où les potentialités à l’échelle mondiale sont immenses, tels que l’informatique en nuage, les réseaux sans fil à large bande et les technologies des jeux.

Les médias numériques constituent un autre domaine clé de collaboration dans le cadre du Plan d’action. Comme l’ont souligné le premier ministre Harper et la présidente Rousseff dans leur déclaration conjointe d’août 2011, le Canada et le Brésil collaborent dans le cadre d’une conférence 3.0. Le premier volet de cette initiative a eu lieu en avril 2012 : une délégation brésilienne de plus de 30 personnes représentant l’industrie, le milieu universitaire et le gouvernement, a participé au Forum Canada 3.0 qui s’est tenu à Stratford, en Ontario. Le deuxième volet de l’initiative se déroulera au Brésil, qui organisera sa propre version de l’événement à la fin de 2012.

Nanotechnologie : Le Brésil et le Canada ont ciblé la nanotechnologie comme étant une plateforme pouvant être utilisée dans différents secteurs. La nanotechnologie représente un thème « transversal » qui a été intégré au plan de travail des différents groupes de travail.

Innovation : L’innovation représente également un thème transversal dans le cadre de la collaboration Brésil-Canada : les pratiques et initiatives en matière d’innovation seront prises en compte par les parties lorsqu’elles élaborent des projets précis au titre du plan de travail bilatéral. Cela signifie que la recherche de bonne qualité s’inscrivant dans le cadre de la coopération bilatérale doit tenir compte de la possibilité de son utilisation créative et peu coûteuse par les entreprises et les intervenants dans l’intérêt économique et social des deux pays.

Le Comité recommande que :

  • Les intervenants sectoriels intéressés communiquent avec leur groupe de travail respectif afin de participer au processus.

La voie à suivre : modalités du Plan d’action

Pour stimuler l’élaboration d’initiatives et de projets concertés dans chacun des domaines prioritaires proposés, nous recommandons un ensemble de modalités étroitement liées, à savoir :

  1. le parrainage et le financement de projets collaboratifs de R-D précis dans les domaines d’intérêt susmentionnés, idéalement de façon à couvrir le spectre complet des intervenants visés;
  2. la coordination des programmes de façon à accroître la mobilité des étudiants et des chercheurs dans l’industrie et le milieu universitaire;
  3. l’organisation de conférences, d’ateliers, d’activités de développement de partenariats et d’autres événements susceptibles d’attirer un vaste éventail de participants des deux pays;
  4. la création de mécanismes de communication efficaces et de large portée pour informer les intervenants potentiels, faire connaître les avantages de la collaboration Canada-Brésil en science et technologie et rendre compte des réussites accomplies dans le cadre de ces activités. Chacune de ces modalités est décrite en détail dans les pages qui suivent.

Stimuler l’élaboration de projets de recherche-développement (R-D)

La collaboration Canada-Brésil en R-D dépend de la présence de programmes efficaces pour soutenir l’élaboration de projets. Les projets conjoints devraient être sous-tendus par des partenariats solides et bien établis entre divers intervenants, notamment les établissements d’enseignement supérieur et les universités, les institutions scientifiques fédérales et, peut-être plus important encore, l’industrie. De tels projets devraient principalement avoir pour objectif la conception de produits ou de services pouvant être commercialisés avec succès par les partenaires de l’industrie au Brésil et au Canada. Il convient aussi d’étudier le potentiel de « marchés tiers », afin d’aider le Canada et le Brésil à s’imposer conjointement comme des chefs de file technologiques dans certains secteurs à l’échelle mondiale. Même si l’on vise initialement à atteindre cet objectif dans les domaines prioritaires décrits ci-dessus, les partenariats qui portent fruit pourraient s’étendre à d’autres champs d’activité par la suite.

Pour ce qui est des mécanismes de financement devant être mis en place, le Canada et le Brésil peuvent déjà compter sur une structure qui a fait ses preuves. Par exemple, avec le financement de démarrage fourni par le gouvernement du Canada et le partenaire brésilien, la FAPESP (Fondation d’appui à la recherche de l’État de São Paulo), Partenariats internationaux en science et technologie Canada (ISTPCanada) a lancé avec succès un appel de propositions axé sur la R-D et destiné à l’industrie en 2010, qui a débouché sur le financement de deux projets portant sur les technologies des satellites et les plastiques écologiques. Deux autres projets dans le domaine des communications sans fil et des technologies informatiques à encombrement nul ont été financés dans le cadre d’un appel de propositions lancé par des promoteurs canadiens et leurs homologues d’autres États brésiliens.

Pour soutenir l’établissement d’autres programmes de financement de la R-D avec le Brésil, ISTPCanada a reçu une contribution additionnelle de 4,5 millions de dollars du gouvernement du Canada en 2011 et cherche maintenant des partenaires de financement brésiliens à la fois au niveau fédéral, auprès d’organismes comme le Conseil national de développement technologique et scientifique (CNPq) et l’Agence brésilienne pour l’innovation (FINEP), et au niveau des institutions de financement de la recherche des États. ISTPCanada est en train de mettre en place la prochaine phase du financement de projets de R-D Canada-Brésil au moyen d’appels de propositions conjoints qui porteront sur les domaines d’intérêt définis dans le présent Plan d’action.

Même si les appels de propositions conjoints seront centrés sur la R-D industrielle entre des entreprises canadiennes et brésiliennes (comportant la possibilité d’une participation de chercheurs universitaires), le CNPq étudiera les moyens de mettre à contribution le programme de bourses Science sans frontières, destiné aux Brésiliens venant au Canada. Compte tenu de la portée de l’appel de propositions conjoint, de telles bourses pourraient être offertes à des spécialistes ou à des techniciens disposés à venir au Canada durant une période de 4 à 12 mois pour participer à des activités de formation ou de perfectionnement professionnels. Le Comité recommande que :

  • d’autres organismes de financement brésiliens et canadiens envisagent de participer aux projets de R-D et d’offrir un soutien financier. Les conseils subventionnaires et les autres organismes fédéraux et provinciaux au Canada doivent être informés du Plan d’action, tout comme leurs homologues brésiliens, entre autres le CNPq, la CAPES, la FINEP, la BNDES et l’INT. Une telle coordination bilatérale élargirait considérablement le bassin du financement disponible pour de futurs projets et programmes Canada-Brésil;
  • chaque pays désigne clairement un point de contact fédéral ayant pour rôle : 1) de diriger les appels de propositions et 2) de servir de champion pour mobiliser la participation des acteurs au niveau fédéral, étatique, provincial et territorial.

Établir des ponts et accroître la mobilité des étudiants et des chercheurs

La mobilité du personnel hautement qualifié est essentielle pour assurer l’établissement de partenariats et de projets de R-D fructueux. À l’heure actuelle, la mobilité des étudiants et des chercheurs, à la fois dans les secteurs public et privé, est relativement limitée entre le Canada et le Brésil. Toutefois, des mesures sont prises pour combler cette lacune. À l’échelon fédéral, Affaires étrangères et Commerce international Canada offre des bourses de recherche au niveau postdoctoral ainsi que des possibilités d’échanges de courte durée pour les étudiants au niveau collégial, au premier cycle et aux cycles supérieurs universitaires, dans le cadre du Programme des futurs leaders dans les Amériques (PFLA). Dans la foulée du Protocole d’entente sur la mobilité universitaire et la coopération scientifique signé entre le Canada et le Brésil, le programme de Bourses Canada-Brésil a été lancé en 2011 pour appuyer des projets de recherche conjoints d’une durée de deux années et favoriser la mobilité d’une centaine d’étudiants au doctorat canadiens et brésiliens entre les deux pays. Les bourses d’études supérieures Vanier et les bourses postdoctorales Banting financées par le gouvernement du Canada, de même qu’un certain nombre de programmes provinciaux comme les bourses d’études Trillium en Ontario, encouragent la mobilité en attirant au Canada des étudiants des cycles supérieurs de premier ordre.

Le nombre d’étudiants et de chercheurs du Brésil venant au Canada devrait augmenter considérablement à la faveur du programme brésilien Science sans frontières (Ciência sem Fronteiras). Dans le cadre de cette initiative lancée en juillet 2011, le gouvernement fédéral brésilien, avec la participation d’industries et d’entreprises établies au Brésil, parrainera environ 100 000 étudiants au premier cycle et aux cycles supérieurs universitaires pour qu’ils puissent aller étudier et réaliser des projets collaboratifs de R-D à l’étranger d’ici 2015 dans les domaines des sciences, de la technologie, du génie et des mathématiques. Le gouvernement du Brésil a récemment lancé deux appels publics en vue de l’octroi de bourses à des étudiants brésiliens du premier cycle universitaire qui souhaitent aller étudier au Canada pendant une période de 8 à 10 mois, dont un maximum de trois mois pourront être consacrés à un stage axé sur la recherche ou la technologie dans une entreprise, un centre de recherche ou un laboratoire universitaire. Ces appels ont été lancés en partenariat avec le CALDO (consortium formé par l’Université de l’Alberta, l’Université Laval, la Dalhousie University et l’Université d’Ottawa) et le Bureau canadien de l’éducation internationale. Des appels de candidatures ont aussi été réalisés dans le cadre d’ententes avec l’Association des collèges communautaires du Canada et le Mitacs. Des ententes avec d’autres intervenants canadiens sont également en cours de négociation au titre du programme Science sans frontières. Ce programme permettra en outre de financer un nombre limité d’échanges de chercheurs universitaires qui veulent élargir leurs partenariats de recherche à l’étranger. Ce programme tient bien compte des quatre secteurs désignés comme prioritaires dans le présent Plan d’action.

Dans l’avenir, il serait possible et opportun d’accroître l’impact potentiel des programmes existants d’échanges d’étudiants et de chercheurs pour mieux atteindre les objectifs de la coopération en R-D entre le Canada et le Brésil. Afin d’accroître progressivement les possibilités pour les étudiants et les chercheurs canadiens et brésiliens d’aller étudier et réaliser des projets collaboratifs de R-D dans chacun des deux pays, le Comité recommande que :

  • tout soit mis en œuvre pour favoriser la mobilité des étudiants et des chercheurs participant aux projets financés;
  • l’on assure la coordination des programmes d’échanges d’étudiants et de chercheurs existants au Canada et au Brésil, au niveau fédéral ou des provinces/États, qui relèvent d’organismes faisant partie d’établissements d’enseignement postsecondaire, pour faire connaître adéquatement les possibilités d’échanges dans l’un ou l’autre pays et atteindre le plus large auditoire possible;
  • les intervenants affiliés aux groupes de travail envisagent d’inclure des stagiaires (secteur privé) ou des étudiants/chercheurs (établissements d’enseignement universitaire) dans leur groupe de travail.

Promotion des événements Canada-Brésil

Les représentants de l’industrie, les étudiants et les chercheurs canadiens et brésiliens participent de plus en plus à des conférences internationales qui favorisent la formation de relations et l’échange d’idées. De telles conférences ouvrent aussi souvent la voie à des partenariats sur le long terme, à mesure que les étudiants et les scientifiques cherchent à enrichir ou à élargir des projets de recherche et que les entreprises souhaitent avoir accès aux idées et aux concepts de prochaine génération émanant des campus universitaires.

Dans les domaines d’intérêt définis dans le présent Plan d’action, il se tient chaque année un grand nombre d’événements qui offrent des possibilités exceptionnelles de faire connaître à un large auditoire les objectifs de l’Accord Canada-Brésil sur la coopération en science, technologie et innovation, de créer des projets de R-D présentant de l’intérêt à la fois pour le Canada et le Brésil et, à terme, de commercialiser et de vendre d’éventuelles nouvelles technologies canado-brésiliennes. Dans le domaine des technologies propres uniquement, une douzaine d’événements sont prévues au Canada et au Brésil en 2012 dans des secteurs aussi divers que la production hydroélectrique, les technologies des réseaux intelligents, les sources d’énergie de remplacement et l’exploitation minière écologique. D’ailleurs, un certain nombre de réunions ont été tenues récemment au sujet des réseaux intelligents et des maladies neurodégénératives. De la même manière, au moins quatre conférences internationales axées sur la science des océans et comptant des participants du Canada et du Brésil sont prévues cette année. De plus, d’importants acteurs du domaine des médias numériques au Brésil participeront à Canada 3.0 – le plus important événement au Canada consacré aux technologies de l’information et des communications. Les préparatifs sont déjà en cours en vue de la tenue d’une conférence Brésil 3.0 en 2012. La participation du Canada à d’importantes manifestations sportives prévues au Brésil – la Coupe du monde en 2014 et les Jeux olympiques en 2016 – offre aussi des occasions de mettre en vedette les technologies et les capacités conjointes. Le Brésil se réjouit également à l’idée de coopérer avec le Canada dans le cadre du Forum mondial de la science, qui aura lieu à Rio de Janeiro en novembre 2013.

Pour diffuser plus largement l’information sur les conférences prévues et accroître les possibilités d’y intégrer des éléments clés de la collaboration Canada-Brésil ou d’élaborer de nouvelles activités à cette fin, le Comité recommande que les intervenants soient encouragés à :

  • trouver des moyens de mettre à profit les événements existants, comme le Congrès mondial sur les technologies de l’information (WCIT 2012) à Montréal ou Hydrovision Brazil 2012, ou d’organiser des activités indépendantes, telles que les conférences Canada-Brésil 3.0, pour faciliter les partenariats de R-D et le réseautage entre les étudiants et les chercheurs des secteurs public et privé dans les deux pays;
  • étudier les possibilités de permettre l’application ou la présentation de nouvelles technologies canado-brésiliennes à l’occasion de la Coupe du monde de 2014 et des Jeux olympiques de 2016 au Brésil ou d’autres événements d’envergure.

Communication et sensibilisation

Pour appuyer les activités décrites ci-dessus, il est indispensable de faire connaître les possibilités actuelles et futures de partenariats Canada-Brésil de façon continue. Il s’agit là d’un objectif clé de la publication du présent Plan d’action, qui peut aussi être accompli en partie au moyen de la publication des appels de propositions conjoints concernant le financement de la recherche ou des occasions de mobilité par ISTPCanada et les partenaires de financement et de la participation à des événements et à des conférences Canada-Brésil. Les groupes de travail sectoriels ont aussi intégré des stratégies de communication dans leur plan de travail dans le but d’encourager la participation des intéressés visés.

Selon toute vraisemblance, le meilleur moyen d’atteindre cet objectif consisterait à créer un site Web, ou un réseau de sites, doté de liens vers les programmes existants, les organismes et les possibilités de financement, les partenaires et collaborateurs potentiels ainsi que les programmes d’enseignement ou de formation. Étant donné le degré élevé de perfectionnement des médias numériques dans les deux pays, d’autres modes de diffusion seront étudiés, y compris les médias sociaux. Les coordonnateurs des groupes ainsi que les coprésidents et les membres du Comité conjoint sont encouragés à faire connaître et à publiciser les activités et les initiatives conjointes découlant du présent Plan d’action.

Pour faciliter la définition des meilleurs moyens de recueillir et de diffuser l’information, le Comité recommande : d’étudier les possibilités et la faisabilité que le Canada et le Brésil élaborent conjointement un site Web consacré expressément aux objectifs du Plan d’action ou désignent un site Web existant comme solution de rechange à cette fin; quelle que soit l’option retenue, le site Web devrait contenir des liens vers les programmes de financement et de mobilité existants ainsi que les activités à venir associées à la collaboration Canada-Brésil en science et technologie. Il convient d’étudier avec soin la question de l’entité qui sera chargée d’héberger et de gérer le site suggéré, afin d’en assurer la pertinence et l’utilité constantes.

Tableau récapitulatif des initiatives

Étant donné la nature et la portée variées des recommandations contenues dans la section qui précède, il est essentiel à leur accomplissement que les objectifs soient clairement établis en fonction des résultats visés et des délais prévus et que l’on précise les personnes ou organismes responsables de leur réalisation. Le tableau qui suit présente un résumé des objectifs visés et des responsabilités à cet égard.

Tableau récapitulatif des initiatives
Initiative/ActivitéRésultats/MesuresResponsable(s)Échéancier/Lieu
Assurer la complémentarité entre les travaux du Comité conjoint et le programme Science sans frontières (SSF)Renforcer les relations et encourager la collaboration à long terme dans les domaines d’intérêt; favoriser la participation de l’industrie pour accroître le potentiel de commercialisation de la recherche dans l’avenir; faire intervenir les participants de SSF dans le processus du Comité conjoint.Le Comité conjoint en collaboration avec les responsables de SSF (MAECI, AUCC, CBIE, CNPq, CAPES, etc.)En cours
Vidéoconférences trimestrielles du Comité conjointExaminer les progrès accomplis dans le cadre du Plan d’action; soumettre de nouvelles suggestions; faire le point sur les projets à venir.Coprésidents du Comité conjointEn cours
Activité de réseautage Brésil‑Canada dans le domaine des réseaux intelligentsParticipation de 32 délégués du Brésil et de 59 entreprises canadiennes; plus de 330 rencontres entre gens d’affaires; important potentiel de collaboration.ISTPCanadaDu 5 au 9 décembre 2011, Vancouver et Toronto *réalisé avec succès
Organisation d’une séance bilatérale sur les sciences de la vie à la conférence PrionetRéseautage chercheurs industrie et communication d’information aux chercheurs et aux étudiants concernant les prochaines possibilités de financement pour des projets de recherche conjoints en neuroscience.Coresponsables du groupe de travail sur les sciences de la vieLes 7 et 8 mars 2012 *réalisé avec succès
Organisation d’une réunion bilatérale à la conférence Oceanology InternationalDéterminer l’ordre du jour, les participants potentiels et la forme d’un prochain atelier multilatéral.Groupe de travail sur la science des océansDu 15 au 17 mars 2012 *réalisé avec succès
Lancement du Plan d’action conjoint à l’occasion du Forum sur l’innovationContribuer à orienter la collaboration en science, technologie et innovation; fournir de l’information claire sur les stratégies actuelles à l’intention des parties intéressées; solliciter l’avis et la participation des intéressés.Coresponsables du Comité conjoint27 avril 2012, Sao Paulo
Lancement d’appels de propositions conjoints avec ISPTCanada et les partenaires brésiliensFinancement d’au moins 10 projets de R-D bilatéraux faisant intervenir de multiples partenaires, y compris l’industrie, dans les domaines prioritaires déterminés par le Comité conjoint.Canada : ISTPCanada, CRSNG.
Brésil : FAPESP, FAPEMIG, FACEPE, FAPERJ, et CNPq
Lancement en avril 2012, achèvement des projets prévu en mars 2015
Organisation du premier volet de Canada-Brésil 3.0Participation du Brésil à Canada 3.0, y compris un atelier d’un jour et intégration des thèmes pertinents au cours de la conférence.Réseau canadien des médias numériques; responsables du groupe de travail sur les TICDu 23 au 25 avril 2012, Stratford, en Ontario *réalisé avec succès
Réunion du groupe de travail sur les technologies propres et l’énergie verteRéunions prévues en marge de Canada 3.0.Coresponsables du groupe de travail sur les technologies propresDu 24 au 27 avril 2012,
en Ontario *réalisé avec succès
Organisation d’une réunion bilatérale à l’occasion de la Conférence de l’Année polaire internationale 2012Tenue d’un atelier pour le groupe de travail afin de déterminer les mesures à prendre.Groupe de travail sur la science des océansDu 22 au 27 avril 2012,
Montréal, Canada *réalisé avec succès
Organisation du premier atelier conjoint Brésil-Canada sur la science et les technologies des océansRéunion du groupe de travail et détermination des initiatives et projets fondamentaux devant être développés et financés.Groupe de travail sur la science des océansDu 9 au 11 mai 2012,
Rio de Janeiro, Brésil
XVIIIe Congrès de gériatrie et de gérontologie du BrésilTenue d’une table ronde sur la collaboration Canada-Brésil en recherche et innovation dans le domaine du vieillissement.Groupe de travail sur les sciences de la vieLe 23 mai 2012,
Rio de Janeiro
Conférence Brésil-Canada sur la nanotechnologieProspection de projets sur l’application des nanotechnologies à la production d’énergie propre.MCTI-BrésilAoût 2012,
Sao Paulo
Projet de sommet/laboratoire d’innovation (sous réserve de consultations entre les parties concernées)Donner suite aux directives établies à la première réunion du Comité conjoint et discuter des nouveaux programmes et projets de coopération futurs.Agence brésilienne de développement industriel et Fédération canadienne de l’entreprise indépendanteAoût/septembre 
2012, Toronto
Élaboration d’une stratégie de communication sur la S-T Canada-BrésilEncourager la participation des intervenants dans la mise en œuvre du Plan d’action; rationaliser les activités existantes afin de développer et de renforcer les partenariats.MAECI; Itamaraty; MCTISeptembre 2012
Organisation d’une table ronde d’experts Canada-Brésil à l’occasion de WCIT 2012Inclusion dans le programme d’une table ronde faisant intervenir l’ensemble des partenaires, y compris l’industrie, afin de mettre en vedette les technologies canado-brésiliennes.Coresponsables du groupe de travail sur les TICDu 22 au 24 octobre 2012,
Montréal
Organisation du 2e volet de Canada-Brésil 3.0Tenue au Brésil d’une Conférence 3.0 avec la participation du Canada.Itamaraty; groupe de travail sur les TICNovembre / décembre 2012, Paraíba
2e réunion du Comité conjointBilan des accomplissements; détermination des prochaines étapes.Itamaraty/MCTI; Comité conjointDécembre 2012 (à confirmer), Brésil
World Entrepreneurial Congress (Congrès mondial de l’entreprenariat)Rassemblement de jeunes innovateurs canadiens et brésiliens.Start Up Brazil2013,
Rio de Janeiro
Examen annuel du Plan d’actionBilan des activités et de l’incidence des initiatives précises réalisées au cours de l’année précédente.Comité conjointAvril 2013
Participation du Canada au Forum mondial de la scienceRassemblement de scientifiques et de chercheurs canadiens brésiliens pour qu’ils discutent de leurs idées et expériences concernant les liens existant entre la recherche scientifique et le développement économique.Académie des sciences brésilienne;
Société brésilienne pour l’avancement de la science
Novembre 2013,
Rio de Janeiro
Examen stratégique du Plan d’action conjointExamen devant être réalisé à la fin de la phase de mise en œuvre de l’actuel Plan d’action afin d’en mesurer les résultats, de déterminer les prochaines étapes ainsi que les nouveaux secteurs prioritaires éventuels.Comité conjoint2014

Assurer la viabilité à long terme

Comme nous venons de le voir, le présent Plan d’action prévoit la réalisation d’un certain nombre d’initiatives bien définies pour appuyer la coopération Canada-Brésil en science, technologie et innovation. D’autres activités, initiatives et programmes indépendants sont déjà en cours à cette fin, dont un grand nombre ont été mentionnés dans ce rapport, comme les programmes de bourses pour favoriser la mobilité des étudiants et des chercheurs offerts par nos gouvernements fédéraux et étatiques/provinciaux respectifs ainsi que les activités de réseautage d’associations de gens d’affaires, telles que les deux chambres de commerce bilatérales à Toronto et à Sao Paulo. Il faut aussi tenir compte des travaux dans différents secteurs, comme ceux du Comité consultatif bilatéral sur l’agriculture, des Dialogues Canada-Brésil sur l’énergie et les biocarburants et d’un éventuel groupe de travail bilatéral sur l’aéronautique. Tous ces mécanismes sont rattachés à la Commission mixte sur les relations économiques et commerciales, à laquelle ils font rapport. La Commission mixte constitue le principal cadre permettant aux deux pays de faire avancer les volets économique et commercial de la relation bilatérale. Enfin, les travaux du Forum des PDG Canada-Brésil, créé pour stimuler le commerce, l’investissement et l’innovation entre les deux pays, se conjugueront à la mission du Comité.

La coordination des mesures proposées pour appliquer les recommandations contenues dans le présent Plan d’action constituera un exercice ambitieux, qui sera rendu encore plus complexe par l’importance de demeurer au fait des progrès d’autres initiatives indépendantes au Canada et au Brésil afin d’en faire bénéficier la collaboration Canada-Brésil. Par conséquent, pour favoriser l’avancement de la coopération dans son ensemble, il est impératif que les ressources voulues puissent être mobilisées à l’appui d’initiatives précises pour assurer des retombées à court terme ainsi que leur durabilité à courte et à plus longue échéance.

Les ambassades et les consulats à la fois au Canada et au Brésil joueront un rôle crucial dans la mise en œuvre de ce plan. Afin d’assurer la bonne gestion de la mise en œuvre du Plan d’action et la viabilité à long terme de la relation Canada-Brésil en matière de science, de technologie et d’innovation, le Comité recommande que les ressources voulues soient affectées de façon concertée pour :

  • mobiliser du financement additionnel en appui à la coopération Canada-Brésil en science, technologie et innovation, en coordination avec les organismes de financement de la R-D et les associations sectorielles au Canada et au Brésil;
  • gérer les mécanismes de communication et la coordination de la diffusion de l’information sur les programmes et les débouchés actuels et prévus à l’intention des intéressés visés dans les deux pays;
  • préparer un examen annuel des activités et des retombées des initiatives réalisées au cours de l’année précédente, en application et à l’appui des recommandations contenues dans le présent Plan d’action et dans le contexte de la plus vaste relation Canada-Brésil en science et technologie;
  • aider à organiser et à préparer les activités et initiatives envisagées dans le cadre de la stratégie de coopération Canada-Brésil en science, technologie et innovation.

En complément du personnel essentiel dans les ministères désignés du Canada et du Brésil, le Comité, à titre de « conseil consultatif » où seront représentés les principaux groupes d’intervenants, devra fournir périodiquement des avis sur les retombées des programmes existants ainsi que des recommandations sur des initiatives futures.

Conclusion

Au nom de nos collègues du Comité conjoint, nous prenons acte de la somme considérable de travail et du temps qui ont été investis dans la préparation du présent Plan d’action, qui vise à nous faire aller de l’avant sur la base des importantes initiatives réalisées ces dernières années et explorer de nouvelles avenues de collaboration. Il reste que la réussite de ce Plan d’action conjoint créé dans la foulée de l’accord bilatéral sur la science, la technologie et l’innovation dépendra de la mesure dans laquelle il sera réellement mis en œuvre.

À cet égard, nous réaffirmons notre détermination à atteindre les objectifs de l’Accord-cadre Canada-Brésil sur la coopération en science, technologie et innovation en donnant suite aux stratégies établies et en créant sans cesse de nouvelles possibilités de participation à des activités conjointes. En ce sens, le Plan d’action doit être considéré comme un document vivant, toujours en amélioration.

Nous tenons tout spécialement à réitérer notre volonté d’explorer le plein potentiel des occasions offertes par la création de ce cadre de coopération, qui permet aux représentants des gouvernements, des milieux universitaires, des instituts de R-D et du secteur privé de travailler en partenariat de façon intégrée et cohérente. La synergie ainsi créée constitue un atout précieux que nous comptons bien valoriser.

Jamshed Merchant
Le coprésident canadien

Benedicto Fonseca Filho
Le coprésident brésilien

Points de contact

Pour le Canada

M. Scott Fraser
Secrétaire exécutif, Comité conjoint de coopération en science, technologie et innovation
Directeur général
Direction générale des occasions d’affaires mondiales
Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
Courriel : Scott.Fraser@international.gc.ca

Pour le Brésil

Ambassadrice Carmen Moura
Secrétaire exécutive, Comité conjoint de coopération en science, technologie et innovation
Chef du Secrétariat des affaires internationales
Ministère de la Science, de la Technologie et de l'Innovation
Courriel : Carmen.Moura@mct.gov.br

Accord-cadre entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République fédérative du Brésil sur la coopération en science, technologie et innovation : www.treaty-accord.gc.ca/text-texte.aspx?id=105145


[1] Hewitt, W.E. et Lorna Jean Edmonds. « Hemispheric Strangers ». Literary Review of Canada, mars 2012, 2 5. Texte imprimé.